ARCEP-BENIN et ICANN renforcent les capacités des acteurs de l’Internet

 

Les différents acteurs intervenants à divers niveau dans l’accès à l’internet au Benin se sont retrouvés à Azalaï Hôtel le 23 octobre 2017, pour un atelier d’information et de renforcement de capacités sur les évolutions au sein de l’ICANN. Il s’agit notamment de l’évolution de l’IANA (Internet Assigned Numbers Authority) vers le PTI (Public Technical Identifiers), la mise en place de nouveaux noms de domaine, la gestion technique des registres, les relations entre régistres et régistraires, les contrats avec l’ICANN et la sécurisation du DNS.

Selon Monsieur Pierre DANDJINOU, Vice Président d’ ICANN, l’Organisme a depuis un an et démi un programme de partenariat avec les autorités de régulation qui, dit-il peuvent faire en sorte que les noms de domaines soient bien gérés.

Procédant à l’ouverture dudit atelier, le Président du Conseil de Régulation de l’ARCEP-BENIN, Monsieur Flavien BACHABI, a rappelé dans son discours la croissance exponentielle de la pénétration Internet mobile au Benin. En effet, évaluée à 4,44% en 2012, la pénétration Internet mobile est passée à 20,89% en Décembre 2015, soit plus de quatre fois plus que la valeur en 2012.  Mieux, au premier trimestre 2017, le parc Internet mobile est de 3.675.192 soit une pénétration mobile de 32,84%. Ceci pour montrer combien ce marché est dynamique.

A la suite des interventions des deux présidents, l’ARCEP-BENIN a fait un état des lieux et perspectives de la gestion du nom de domaine  «bj » aux participants qui ont posé des questions de compréhension et fait des propositions. Un des participants a suggéré que l’acquisition du .bj soit gratuite et les protocoles administratives d’acquisition allégées afin d’en accroitre la demande et l’utilisation par les béninois

L’ICANN a quant à lui fait une présentation sur l’écosystème des noms de domaines internet et l’étude de 2016 pour le marché des noms de domaines en Afrique, la sécurisation du DNS, et les règles de génération d’étiquettes pour les noms de domaines internationalisés en rapport avec les langues béninoises. Des astuces ont été données pour des personnes intéressées à devenir un bureau d’enregistrement ICANN.

Cette collaboration de l’ARCEP-BENIN et de l’ICANN a permis de recentrer le débat sur l’importance de la participation active des béninois dans les sphères de prises de décisions sur la question des ressources critiques de l’Internet.

Le Vice-Président de l’ICANN a d’ailleurs rappelé qu’un travail de sensibilisation se fait en Afrique en ce sens.