Les communications électroniques et la poste, en bref

Le secteur des communications électroniques au Bénin a connu une évolution variée suivant les différents segments du marché :

  • le marché de la téléphonie fixe est non significatif et représente moins de 4% du marché des communications électroniques ;
  • le marché de la téléphonie mobile (voix, SMS et Data) autrefois animé par cinq (5) opérateurs, est désormais contrôlé par le duopole constitué par MTN et MOOV qui bénéficient d’une licence technologiquement neutre et qui, ensemble, détiennent plus de 90% du marché de la téléphonie mobile en valeur. Deux (2) autres opérateurs mobiles détiennent une licence de téléphonie mobile 2G : Glo Mobile et Libercom. Si le premier s’est vu notifier le 18 décembre 2017 les mesures relatives à l’expiration de sa licence d’exploitation, le second est en cours de restructuration par le Gouvernement ;
  • les infrastructures permettant de distribuer sur l’ensemble du territoire national les capacités internationales disponibles aux stations d’atterrissement des câbles sous-marins ACE et SAT3 demeurent insuffisantes.

Dans le secteur postal, le marché postal béninois, à l’instar du marché des pays de la sous-région, s’anime autour de l’opérateur public en charge du Service Postal Universel et de quelques opérateurs privés qui dominent le segment de l’express national et international. Bien que le marché postal au Bénin ne présente ni de barrières à l’entrée ou à la sortie, plus d’une trentaine d’acteurs informels disputent le marché avec les opérateurs légaux. Le secteur est confronté au système d’auto-distributions organisé par les entreprises expéditrices à l’endroit de leur clientèle et un niveau d’automatisation faible du processus postal. Cette situation constitue une véritable entrave au développement du secteur postal

C’est dans ce contexte que l’ARCEP-BENIN a mené ses activités en 2017 et s’est dotée d’un nouveau plan stratégique pour la période 2018-2021.

La mise en oeuvre de ce plan stratégique permettra une concurrence saine et favorisera l’innovation. La régulation postale longtemps restée en marge des actions de l’ARCEP-BENIN pour défaut du cadre réglementaire est désormais un axe stratégique majeur du nouveau plan stratégique. Ainsi, des actions conséquentes de développement des services postaux à travers la réalisation d’une étude visant la transformation des acteurs informels des services des postaux, l’analyse des marchés postaux et les mise en oeuvre des mesures correctives, la détermination du coût net du service postal universel, l’adaptation des textes règlementaires et la gestion des litiges entre entités régulées du secteur postal sont autant d’actions identifiées et planifiées pour booster la régulation postale. Par ailleurs, un accent particulier sera mis sur les dispositifs visant une protection plus renforcée des intérêts des consommateurs et usagers des services des communications électroniques et de la poste.

  • Extrait du rapport d’activités 2017 de l’ARCEP-BENIN (page:78)