Experts, Régulateurs et décideurs s’engagent  pour le développement des TIC en Afrique

 

Du Lundi 25 au Jeudi 28 Avril 2016 s’est tenu à Azalaï Hôtel de la Plage à Cotonou, le séminaire international de l’Union Africaine des Télécommunications (UAT). Organisé par l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et de la Poste (ARCEP-BENIN), ce séminaire a regroupé les experts des télécommunications venus de toute l’Afrique, de même que les experts de l’industrie pour réfléchir sur le devenir du large bande en Afrique.

 

Selon les statistiques de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), les pays ayant les taux les plus faibles d’accès à l’internet, aujourd’hui, sont principalement en Afrique subsaharienne. Seules les îles Maurice affiche un Indice de Développement des Tic (IDI) supérieur à la moyenne mondiale de 5,03 et trois (03) autres pays à savoir les Seychelles, la République d’Afrique du Sud et le Cap Vert ont un indice IDI supérieur à la moyenne des pays en développement qui est de 4,12 et 29. Selon la même source, 37 pays africains figurent dans le quart inférieur du classement IDI 2015, y compris les 11 pays ayant l’indice IDI le plus faible du monde. Face à ce tableau peu reluisant de la situation des pays Africains en matière d’accès à l’internet, les Etats sont unanimes sur le fait qu’il est important de réduire la facture numérique dans le continent à travers le développement du large bande.  Ceci, dans une synergie d’actions qui appelle à la mise en place de politique adéquate en la matière. Et c’est d’ailleurs l’un des défis qui a mobilisé l’attention des 200 participants au séminaire de l’UAT que Cotonou a accueilli du 25 au 28 Avril 2016 avec comme objectifs d’examiner les conclusions de la Conférence Mondiale des Radiocommunications tenue en Novembre 2015 puis inciter les décideurs à asseoir dans leurs politiques nationales des stratégies capables de promouvoir le large bande afin de renverser cette tendance. Organisé sous le thème : « implémentation des résultats de la Conférence Mondiale des Radiocommunications 2015 (CMR-15) et développement de la stratégie nationale large bande »,  le séminaire, selon le Président de l’ARCEP-BENIN, Monsieur Marcellin ILOUGBADE, a permis aux spécialistes de travailler et discuter les  points clés du spectre et du rôle du large bande dans le développement socio-économique des pays tout en soulignant les points essentiels pour la mise en place d’une stratégie nationale large bande. Pour le Secrétaire Général de l’UAT, Monsieur Abdoulkarim SOUMAILA, le thème choisi pour ce séminaire revêt l’importance des TIC dans le processus de développement et pour cela, « tout doit être mis en œuvre pour que tout le monde en Afrique ait accès à l’internet et aux services large bande car, l’accès aux technologies de l’information et de la communication en général et en particulier à l’internet large bande, peut agir comme catalyseur du développement ». A sa suite, le Représentant de l’UIT Monsieur Nikolai VASSILIEV a reconnu à l’ouverture du séminaire, les impacts des résultats de la CMR-15 qui contribueront notamment à maintenir l’environnement règlementaire stable, prévisible et universellement appliqué, permettant ainsi de sécuriser les investissements à long terme pour l’industrie des TIC sans perturber les services actuellement offerts à la population du monde entier.

Au total, une dizaine de communications a meublé les travaux du séminaire durant les quatre jours. Parmi celles-ci figurent :

  • la vision des sociétés connectées : Ericsson et associés,
  • le rôle du large bande dans le développement socio-économique : bien être et exemple de politique publique encourageant les TIC comme moteur de transformation,
  • les questions clés de la politique nationale en matière de plan à large bande,
  • les blocs de construction et la justification des plans à large bande (les composantes clés),
  • les technologies terrestres actuelles et futures basées sur le large bande et le positionnement des pays pour tirer la meilleure partie de ces technologies,
  • les technologies satellitaires actuelles et futures basées sur le large bande et le positionnement des pays pour tirer la meilleure partie de ces technologies etc…

Dans son discours d’ouverture du séminaire, le Ministre de l’Economie Numérique et de la Communication Madame Rafiatou MONROU a souligné que les impératifs de développement, spécifiques à l’Afrique imposent l’exploitation de la façon la plus judicieuse de toutes les possibilités qu’offrent les nouveaux outils de communication. «  C’est en cela que l’utilisation rationnelle des ressources en fréquences, en vue de faciliter le développement de nouvelles générations de technologies, mérite d’être étudiée avec une action particulière. » a dit le Ministre. Durant le séminaire, des exemples de plans nationaux large bande ont été présentés par certains pays dont le Bénin, qui ont partagé avec les autres participants, leurs expériences et permis aux pays participants non encore dotés de stratégie large bande, de tirer leçon de ces expériences.

 

Les grandes lignes du plan d’actions des activités de l’UAT les trois prochaines années.

 

A la fin du séminaire, les participants se sont accordés sur un plan d’actions structuré et décliné en six (03) activités assorties de dates pour leurs mises en œuvre. Au nombre de ces activités il faut citer :

  • la rencontre des responsables d’AFRISWOG (le Groupe de travail africain sur le spectre) et des équipes de préparations pour la période 2016-2019,
  • l’implémentation des résultats de la CMR-15,
  • la coordination des plans de travail, en particulier le calendrier des événements entre l’UAT et les sous-régions, dans le cadre des préparatifs de la CMR-19

En suivant un calendrier bien défini, ces activités seront exécutées en synergie en vue de contribuer au processus de développement du large bande  et donc à l’émergence d’une économie numérique dans le continent. A la fin du séminaire, le représentant du secrétaire général de l’UAT Monsieur Kezias MWALE et celui de l’UIT Monsieur Nikolai VASSILIEV ont salué la réussite du séminaire ainsi que le bon accueil que l’ARCEP-BENIN et tout le Bénin ont  offert aux participants. Le Président de l’ARCEP-BENIN n’a pas manqué de remercier l’UAT, l’UIT et tous les participants au séminaire pour avoir contribué par leur participation massive, au succès de l’évènement.

Cliquez sur ce lien pour revivre en images le séminaire: http://arcep.bj/albums/seminaire-international-de-luat-sur-le-large-bande/