l’ARCEP-BENIN rassure les populations inquiètes

Une équipe de l’ARCEP-BENIN a effectué ce vendredi 27 janvier 2017 un déplacement dans la localité de SOCLOGBO dans la commune de Dassa-Zounmè à environ 220 km de Cotonou. Cette visite fait suite à une plainte du collectif des habitants dudit village relative à l’implantation des pylônes des sites radioélectriques appartenant aux opérateurs SPACETEL BENIN, ETISALAT BENIN, BELL BENIN COMMUNICATION et BENIN Télécoms. Elle vise à effectuer un contrôle de conformité du niveau d’exposition des populations aux dispositions du décret N° 2015-490 du 07 septembre 2015 portant protection des personnes contre les effets des champs électriques, magnétiques et électromagnétiques de 0 à 300Ghz.
Au cours de la mission, les différentes mesures ont été effectuées Conformément au protocole de mesure, en quatre endroits situés dans la zone d’implantation desdits sites, en présence du représentant des plaignants.
Les résultats issus des mesures ont révélés que le niveau d’exposition des populations de la localité de SOCLOGBO est largement inférieur aux seuils fixés par la réglementation en vigueur en République du Bénin. Ces sites ne présentent donc pas de danger pour les populations de SOCLOGBO.
Ces résultats ont été portés à la connaissance des habitants de la localité représentés par le Chef d’arrondissement, les chefs des deux villages de l’arrondissement, quelques sages et riverains de la localité. Ils ont également eu droit à une explication sur les valeurs des seuils retenus par le décret N° 2015-490 du 07 septembre 2015 portant protection des personnes contre les effets des champs électriques, magnétiques et électromagnétiques de 0 à 300Ghz.

Informer les populations sur l’importance des sites et la nécessité d’une auto surveillance
Sensible à la récurrence des plaintes des populations relatives aux effets des Rayonnements non Ionisants, l’ARCEP-BENIN saisit souvent l’occasion de ses déplacements pour sensibiliser celles-ci et les informer sur le sujet. Ainsi à Soclogbo ce vendredi, la nécessité de l’implantation des pylônes par les opérateurs pour leur permettre de satisfaire à l’obligation de couverture intégrale du territoire national contenue dans leur cahier de charge a été expliquée aux populations.
Selon les explications du Chef Service chargé du Contrôle des Fréquences, « la bonne couverture d’une ère géographique permet de communiquer dans de bonnes conditions et permet de maintenir à minima la puissance démission des terminaux (téléphones portables et autres) ». Sensibilisées également sur les bonnes pratiques qui garantissent une utilisation responsable et sécurisée des téléphones portables, les populations sont désormais plus aguerries pour veiller à leur propre protection.